16 octobre 2009

Emincé de dinde en sauce aux petits pois et cubes de Polenta au fromage

Quand on me parle de polenta, ça évoque pour moi une drôle d’anecdote …

Celle d’une journée cauchemardesque que l’on évoque maintenant en éclatant de rire.

Il se trouve que dans ma tribu familiale, nous sommes tous dans la même banque, que le directeur d’agence de l’époque était sympa et que lorsqu’il nous a embarqué dans le projet d’une randonnée sympathique dans l’arrière pays niçois, nous étions tous partants.

Après tout, une randonnée c’est juste marcher non ?

Le matin du rendez-vous, pourtant, nous avons eu comme un doute … Sur la place du village des banderoles « grand critérium de Brive » s’affichaient partout. Des groupes commençaient à se former, sac au dos, bâton de marche, chaussures hyper techniques … et surtout T-Shirt arborant l’inscription « Randonnée club de Tataouine les Oies ».

Sur ce, le banquier est arrivé, il ne pouvait pas faire la marche, il s’était foulé la cheville… Mais il nous avait inscrit au parcours n°1 : 900 m de dénivelé … parce que le parcours n°2 : 1400 m de dénivelé « c’est pour les plus sportifs ! »

Puis, il nous indique aussi qu’il y aura des points d’eau sur le chemin, et une pause déjeuner « polenta  au gorgonzola » à mi-parcours, d’ailleurs il nous y retrouvera.

Nous voilà rassurés, 900m de dénivelé (quésako ?  enfin pas grave 900m ça parait pas la mer à boire) et pour ce qui est de boire … nous avons 1 litre d’eau pour 8 personnes mais si y’a des points d’eau … pas de soucis …

Personnellement je suis aussi super bien équipée, j’ai un jean et des New Balance en velours gris … bah quoi j’ai pris ce qui ressemblait le plus à des chaussures de marche dans mon armoire …

Allez hop c’est parti … Nous marchons … et ça monte, Dieu que ça monte …

Et ma sœur, côté équipement, elle porte sur la tête un bob vert ‘Perrier’ … un bob qu’elle a emmené en bateau la veille … et qui a pris le sel … Les mouches et les abeilles lui tournent autour de la tête, si bien qu’elle s’est armée d’un bâton et se tape sur le crâne tous les 10 mètres environ … jusqu’à ce qu’une abeille, agacée par le bâton, lui pique le lobe de l’oreille … Elle range le bob … continue tête nue en plein cagnard et lobe couleur d’une cerise …

Et ça monte, Dieu que ça monte … Et on a plus d’eau … et toujours pas croisé de points d’eau.

Ouf de l’ombre, une légère pente, du monde … la voilà l’étape déjeuner « polenta au gorgonzola », assis dans l’herbe nous mangeons cette purée jaune où flotte les moisissures du fromage … Le stand propose aussi de la grenadine … jamais je crois nous n’avons mangé et bu autant juste pour nous remplir.

Je sens comme un malaise dans mes New Balance mais je n’ose pas les ôter car je me dis qu’alors je ne parviendrai jamais à les remettre. Le banquier est là, et repart avec mes parents … 1ers abandons … mais ils ont bien regardé la suite du parcours et une montée raide de chez raide nous attend dès la fin du déjeuner … Nous sommes 6 de la famille à poursuivre au milieu d’une centaine de randonneurs entrainés.

Le problème après la pause déjeuner, c’est que tout le monde repart en même temps … Et que la montée raide de chez raide il faut la faire à la queue leu leu pas de pause possible, le sentier est étroit … derrière ça pousse, devant ça freine, puis ça repart … ne pas pouvoir trouver sa cadence … un calvaire.

Enfin le sommet, un plateau verdoyant, une vue splendide, la récompense …

De courte durée la récompense … parce qu’il faut attaquer la descente … et ce que nous ne savions pas … c’est que la descente, c’est plus difficile que la montée, nous ne pouvions même pas imaginer pire : jambes tremblantes et genoux en compote, le sentier serpente à flanc de montagne, en bord de ravin, en plein soleil, aucun faux pas n’est permis.

Jamais de ma vie je n’ai autant dit « j’en peux plus » dans la même après-midi.

Et puis les hommes : mon beau-frère, mon homme et mon neveu sont partis devant … Ma sœur, ma nièce et moi, nous avons alors l’impression d’être seules au monde … ça descend, ça descend … Dieu que ça descend et on ne voit pas âme qui vive, on ne devine pas le village en contrebas …

Soudain, une route de terre et une dame essoufflée assise sur une motte de foin, motte vestige d’un fameux point d’eau qui n’attend pas les queues de peloton. Son mari est parti chercher la voiture, elle n’en peut plus et l’arrivée est à 2,5 km nous dit-elle. Ma sœur et ma nièce décident de rester avec la dame et de profiter de la voiture du mari.

Je continue seule, 2,5km après tout ce qu’on a fait je me dis que ce n’est pas grand-chose, et puis le terrain est enfin moins pentu … Mes jambes m’ont donc porté jusqu’au village où je suis arrivée bonne dernière du Critérium … même la buvette avait fermé, j’ai quand même eu le droit à un Orangina au bar de la Place.

Ma nièce et mon neveu ont gagné la coupe des plus jeunes participants, ça leur a redonner le sourire.

Nous étions tous tellement heureux que ça se termine que nous avons rit un bon coup de nos déboires avec le banquier qui n’était pas prêt de nous y reprendre.

Puis je suis allée m’asseoir dans la voiture et j’ai ôté mes New Balance … et mes chaussettes … et j’ai découvert que je n’avais plus de talons … enfin si, des talons, mais à vif, plus de peau sur toute la surface et sur plusieurs millimètres d’épaisseur …  ma mue étant restée comme scotchée à la chaussette.

Quinze jours plus tard je soutenais mon mémoire de fin d’études, en mules

***

10 ans plus tard, les conséquences de cette journée sont :

Qu’aussi sympa peut-il être, je me méfie toujours des propositions de mon banquier.

Ce fût  ma première et ma dernière paire de New Balance, mais cela dit, je ça toujours très chouette pour aller au ciné.

Vous ne me ferez plus jamais manger de la polenta molle à la texture de purée … et encore moins au gorgonzola !

***

Mais je ne suis pas si rancunière que ça puisque j’ai acheté de la polenta pour en préparer de la « ferme ». Mes filles adorent et avec une viande en sauce, je  trouve que c’est un accompagnement qui change.

Et comme je fais un peu une fixette en ce moment , je vous reparle de polenta et de Jamie Oliver la semaine prochaine ;-)

***

xd_033

Faites réchauffer la polenta au four micro-ondes, découpez la en gros cubes et servez la avec la viande en sauce aux petits pois.

Laissez cuire 15min puis ajoutez la viande et poursuivez la cuisson 5 min.

Versez la pulpe de tomates dans la sauteuse, l'ail, les petits morceaux de carottes et les petits pois égouttés. Ajoutez 20cl d'eau, le concentré de tomates et salez légérement.

Coupez la viande de dinde en lanières (avec un ciseau c'est le plus facile). Dans une sauteuse, faites revenir rapidement la viande dans un peu d'huile d'olive puis réservez la.

Epluchez la carotte et coupez la en tout petits cubes ou en rondelles très fines. Emincez l'ail.

xd_028

A l'aide d'un pinceau, huilez un plat creux d'environ 15cm sur 15. Faites bouillir  dans une casserole 500ml d'eau légèrement salée, versez la polenta instantanée en pluie. Baissez le feu et remuez pendant 2 minutes à la cuillère en bois, ajoutez 15gr de beurre, la poignée de fromage râpé. Mélangez bien et versez dans le plat huilé. Laissez la polenta raffermir à température ambiante au moins 1 heure.

Une heure à l'avance. Préparez la polenta ferme.

Préparation

xd_029

sel, huile d'olive

2 gousses d'ail

20 cl d'eau

2 càs de concentré de tomate

1 carotte

280 gr de petits pois égouttés (en conserve)

400 gr de pulpe de tomates en conserve

400 gr d'escalope de dinde ou de poulet (fines)

1 poignée d'emmental râpée

15 gr de beurre

500 ml d'eau

125 gr de polenta instantanée

Ingrédients pour 4 personnes

xd_032

Posté par kiavinat à 07:12 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Emincé de dinde en sauce aux petits pois et cubes de Polenta au fromage

  • heuh je suis désolée mais j'ai pouffé de rire avec tes aventures...

    Posté par clairesoleil, 16 octobre 2009 à 07:15 | | Répondre
  • non, je t'imagine, le jambe tremblantes, les cheveux collés au front par la sueur...pardon mais si je ne me moque pas là..ben j'peux pas ne pas me moquer !
    Par contre la polenta et la viande en sauce...je prends sans rire !

    Posté par mari, 16 octobre 2009 à 09:02 | | Répondre
  • superbe recette, j'adore la polenta

    Posté par frichtidelasouri, 16 octobre 2009 à 10:14 | | Répondre
  • Je compatis, j'ai des souvenirs identiques, et même avec les meilleures chaussures du monde, je ne peux faire autrement que de me coller des ampoules. Je trouve que tu as été somme toute assez courageuse...

    Posté par Tiuscha, 16 octobre 2009 à 10:19 | | Répondre
  • Pétard! j'espère que vous avez tous changé de banque après ça!!!
    bravo pour l'explois Kolanthatesque en tout cas!
    Je me rappelle l'ascension de la saint baume avec mes numéro 1 et 2, petits mais qui ont tout grimpé et d'un troupeau de chèvres qui nous ont manger nos brioches du gouter arrivé en haut!
    c'est moins haut mais c'est vrai que ça fait des souvenirs!!!
    Sinon chez nous je suis la seule à aimer la polenta, j'en fait coute que coute mais j'ai toujours si peu de succès!
    (dis elle est pour "végé" ta prochaine recette façon Jamie? s't'plait!!!!!!)
    Bisous

    Posté par la fée Bobette, 16 octobre 2009 à 11:02 | | Répondre
  • La polenta, je ne connais que très peu, maman en a cuisiné une et une seule fois sur toute ma jeunesse. Il faudrait que je re-tente l'expérience car je ne me souviens même plus du goût! :p

    Posté par *Elise, 16 octobre 2009 à 11:19 | | Répondre
  • bien appétissant ce plat!!!!

    Posté par sana, 16 octobre 2009 à 14:02 | | Répondre
  • J'imagine 900 m de dénivelé et j'en ai le vertige (surtout pour la descente...)
    Très courageux que vous avez été, c'est beau d'être jeune...
    Bisous,
    Corinne

    Posté par Esprit libre, 16 octobre 2009 à 15:49 | | Répondre
  • mdrrrrrrrrrr oh quelle histoire ma pauvre!!!
    sympa la polenta mais j'ai jamais gouter!!!!

    Posté par christelle, 16 octobre 2009 à 19:52 | | Répondre
  • Quelle aventure! Mais faire confiance à un banquier, aussi, on n'a pas idée!! On sait très bien que ça en demande toujours beaucoup plus que ça ne donne ces gens là, et toujours mine de rien!! )
    Enfin, avec ta recette, si ça m'arrive un jour, j'aurais toujours un bon plat réconfortant à me mettre sous la dent!

    Posté par 56oceane, 16 octobre 2009 à 22:12 | | Répondre
  • Quelle histoire! C'est sûr, qu'après ça fait rire, en tout cas ta polenta à l'air bien bonne!

    Posté par manou1983, 17 octobre 2009 à 13:54 | | Répondre
  • ca ma l'aire vraiment tres bon

    Posté par axoulle, 18 octobre 2009 à 10:33 | | Répondre
  • il faut toujours se méfier des propositions des banquiers ! on ne l'dira jamais assez !

    Posté par rauschy, 18 octobre 2009 à 21:49 | | Répondre
  • j'en ai mangé ce weekend!j'aime beaucoup la polenta!bises

    Posté par ana, 18 octobre 2009 à 22:42 | | Répondre
  • je suis pliée ... et je me revoie en rando en auvergne, ça descendait tellement que je l'ai fait sur le cucul et tant pis pour la honte !!! par contre ton histoire de pieds c'est juste dégueu (en plus tu nous mets ça ds un blog culinaire..ma parole!)

    Posté par anna, 18 octobre 2009 à 22:48 | | Répondre
  • quelle aventure

    ma pauvre biquette !!!!en tout cas tu racontes si bien que j'en veux d'autres!!
    Par contre je vais faire la blonde de Tahiti c'est comment les new balance???
    j'ai guère fait mieux lors de notre stop à LOS ANGELES .la journée passée dans le desert du MOJAVE en tongs et là ils se tous moqués de moi!!et je t'assure que le soir j'avais la marque de la tong et les pieds cramés....
    biz fort

    Posté par bikibinitahiti, 18 octobre 2009 à 23:29 | | Répondre
  • j'ai oublié de te dire j'ai mis un petit jeu sur mon blog et si tu trouves toi ,je te l'envoie!!pas le mien je m'en sers tous les jours , promis!!!

    Posté par bikibinitahiti, 18 octobre 2009 à 23:31 | | Répondre
  • j'ai bien ri!!! surtout que j'ai mangé de la polenta à midi et pour moi c un tout autre souvenir qui me vient ma grand mère en faisait tjrs avec son sublimissime civet de lapin.

    Posté par camelie, 19 octobre 2009 à 17:02 | | Répondre
  • Chez nous on adore la polenta mais c'est vrai que je ne pense pas souvent à elle;

    Posté par babouchka, 20 octobre 2009 à 19:48 | | Répondre
  • J'ai adoré ton histoire et je te félicite d'avoir continuer jusqu'à la fin.
    Je pense que je vais acheter de la polenta à mon retour en France, c'est vrai que ça change comme accompagnement.

    Posté par chef cuistot, 22 octobre 2009 à 00:38 | | Répondre
  • Je suis tjs aussi fan de vos recettes. Les accords développés. Les saveurs explorées. Merci pour cette délicieuse escapade gourmande.

    Posté par rêves de tables, 03 novembre 2009 à 13:39 | | Répondre
Nouveau commentaire